Conférenciers

Le World Health Summit – rencontre régionale, Amérique du Nord réunira l’élite mondiale en santé que ce soit des chercheurs, médecins, représentants de l’industrie, décideurs, responsables gouvernementaux et acteur de la société civile, issus de partout dans le monde.

Parmi les conférenciers ayant confirmé leur présence au Sommet :
(en ordre alphabétique)

Conférenciers d’honneur représentants officiels des gouvernements

Gaétan Barrette

Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Canada

Dr Gaétan Barrette est le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec depuis 2014. Il a obtenu son diplôme en médecine de l’Université de Montréal en 1985, puis, en 1989, il a été reçu membre associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. En 1991, il a fait un fellowship en radiologie vasculaire et interventionnelle à l’Université de Californie (San Diego). Il exerce sa pratique médicale à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, dont il est membre actif depuis 1990. Il a occupé les fonctions de président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec de 2006 à 2014. Il a également présidé le conseil d’administration de la Financière des professionnels inc., laquelle avait plus de 2 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Il a été membre du conseil d’administration de la Régie de l’assurance maladie du Québec. Dr Barrette agit régulièrement comme conférencier et participe à divers forums au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde pour faire connaître les positions et les enjeux de la médecine spécialisée dans le système de santé québécois.

Geoffrey Kelley

Ministre responsable des Affaires autochtones du Québec, Canada

Geoffrey Kelley est titulaire d’un baccalauréat en histoire et d’une maîtrise en histoire du Canada moderne, de l’Université McGill. Il a enseigné pendant quinze ans avant de faire un passage de quelques années au sein d’Alliance Québec, puis de devenir attaché politique et directeur de cabinet. Il traitait alors de dossiers comme l’éducation, l’enseignement supérieur, la Charte de la langue française, les affaires municipales et la sécurité publique. Il a été élu député de Jacques-Cartier pour la première fois en 1994. Dans les années qui ont suivi, il a présidé plusieurs commissions, dont la Commission de l’administration publique, la Commission des Affaires sociales, la Commission de l’éducation, Commission de la santé et des services sociaux et la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité. Il a été à plusieurs reprises porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones, du Grand Nord et de la famille et a également été chargé des relations avec la communauté anglophone.
Il est surtout reconnu pour l’exercice de son rôle de ministre délégué puis de ministre responsable des Affaires autochtones, qu’il a occupé à quelques reprises.
Il en est aujourd’hui à son 7e mandat consécutif comme député de Jacques-Cartier. Il a repris son titre de ministre responsable des Affaires autochtones pour la troisième fois en avril 2014.

Jane Philpott

Ministre de la Santé, Canada

Avant de se lancer dans la politique, la Dre Philpott a mené une longue carrière en médecine familiale, en santé publique, en enseignement de la médecine et en défense des intérêts des personnes atteintes du VIH/sida à l’échelle internationale. La Dre Philpott a étudié la médecine à l’Université de Western Ontario et effectué une résidence en médecine familiale à l’Université d’Ottawa ainsi que des études postdoctorales en médecine tropicale à Toronto. En 2012, elle a obtenu une maîtrise en santé publique de l’Université de Toronto. De 1989 à 1998, la Dre Philpott a vécu au Niger, en Afrique de l’Ouest, où elle a exercé la médecine générale et contribué à la création d’un programme de formation des travailleurs de la santé œuvrant dans les villages. Elle a également dirigé la mise sur pied du Health for All Family Health Team, un nouveau centre de soins primaires pouvant accueillir 10 000 patients à Markham Stouffville, et de l’unité d’enseignement de la médecine familiale de Markham, qui a formé 45 nouveaux omnipraticiens de l’endroit depuis 2010. De plus, elle est professeure agrégée du département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto. Son action sociale à l’échelle internationale comprend la création, en 2004, de la fondation Give a Day to World AIDS, qui a permis de recueillir plus de 4 millions de dollars pour aider les personnes touchées par le VIH/sida en Afrique. La Dre Philpott a aussi été la première responsable de la médecine familiale au sein du collectif universitaire Toronto–Addis-Abeba, où elle a grandement aidé l’Université d’Addis Abeba à élaborer le premier programme de formation en médecine familiale de l’Éthiopie. 

Conférenciers d’honneur

Timothy Caulfield

Professeur, Faculté de droit et École de santé publique, Université de l’Alberta Directeur de recherche, Health Law Institute, Université de l’Alberta, Canada

Timothy Caulfield est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé, professeur à la Faculté de droit et à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta et directeur de recherche du Health Law Institute de l’Université de l’Alberta. Au cours des dernières années, il a participé à divers projets de recherches interdisciplinaires qui l’ont amené à publier plus de 300 articles scientifiques. En plus d’être lauréat d’une bourse de la Fondation Trudeau, Timothy Caulfield est chercheur principal d’un certain nombre de projets interdisciplinaires d’envergure portant sur les questions éthiques, juridiques et politiques de la santé, notamment en matière de recherche sur les cellules souches, de génétique, de sécurité du patient, de prévention des maladies chroniques, de politiques relatives à l’obésité, de commercialisation de la recherche, de médecine complémentaire et parallèle et d’accès aux soins de santé. Le professeur Caulfield siège et a siégé à de nombreux comités d’éthique de la recherche et d’orientation des politiques à l’échelle nationale et internationale. Il a reçu plusieurs prix universitaires et est membre de la Société royale du Canada et de l’Académie canadienne des sciences de la santé. En tant qu’auteur, il écrit couramment pour la presse populaire et a récemment signé deux ouvrages ayant remporté un succès certain à l’échelle nationale : The Cure for Everything: Untangling the Twisted Messages about Health, Fitness and Happiness (Penguin, 2012) et Is Gwyneth Paltrow Wrong About Everything? : When Celebrity Culture and Science Clash (Penguin, 2015).

 

Noel Hayman

Directeur des soins cliniques, Inala Indigenous Health Service, Australie

En 1990, le Dr Noel Hayman est devenu l’un des deux premiers étudiants de médecine autochtones à obtenir un diplôme de l’Université de Queensland. Depuis, il est devenu le directeur des soins cliniques du Service de soins aux Autochtones d’Inala à Brisbane. En concevant ce service, il a démontré avec brio comment les soins de santé de base peuvent être adaptés aux besoins spécifiques des populations autochtones dans les milieux urbains. Noel Hayman s’intéresse, entre autres, à l’amélioration de l’accès aux soins de santé de base pour les Autochtones et à l’éducation médicale axée sur la santé des Autochtones. Le professeur Hayman a reçu la Centenary Medal en 2003 pour ses nombreuses années de services à titre de prestataire de soins de santé de base aux communautés autochtones. En 2007, l’organisation Australians for Native Title and Reconciliation Queensland lui a décerné le Close the Gap Indigenous Health Award. En 2011, Noel Hayman a été nommé « Queensland Australian of the Year ». Noel Hayman siège également à de nombreux comités nationaux et d’État.

Brian Hodges

Vice-président directeur en matière de formation, University Health Network, Canada

Brian D. Hodges est médecin, docteur en éducation, membre du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et professeur aux facultés de médecine et d’éducation (OISE/UT) de l’Université de Toronto. Il est également titulaire de la Chaire Richard and Elizabeth Currie de recherche en enseignement médical du Wilson Centre for Research in Education et le vice-président directeur en matière de formation du University Health Network (qui réunit le Toronto General Hospital, le Toronto Western Hospital, le Princess Margaret Hospital et le Toronto Rehabilitation Institute). Il dirige le AMS Phoenix Project: A Call to Caring, une initiative qui vise à développer et à soutenir la prestation de soins de santé centrés sur la personne et prodigués avec compassion.

Joanne Liu

Présidente internationale, Médecins sans frontières, Suisse

La Dre Joanne Liu a commencé son mandat à la présidence internationale de Médecins Sans Frontières (MSF) le 1er octobre 2013. Son travail au sein de MSF a toutefois commencé en 1996, lorsqu’elle est partie en Mauritanie pour aider des réfugiés maliens. Depuis, elle a offert son soutien aux victimes du tsunami en Indonésie, aux personnes touchées par le tremblement de terre et l’épidémie de choléra à Haïti, ainsi qu’aux réfugiés somaliens au Kenya et aux populations déplacées à Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). Joanne Liu a œuvré dans un grand nombre de zones de conflits, dont la Palestine, la République centrafricaine, la RDC et la région du Darfour, au Soudan. Née dans la ville de Québec, au Canada, Joanne Liu a suivi sa formation à la Faculté de médecine de l’Université McGill et effectué une spécialisation en pédiatrie à l’Hôpital Sainte-Justine, à Montréal. Elle a suivi une formation en urgence pédiatrique à la Faculté de médecine de l’Université de New York et obtenu une maîtrise internationale en leadership en santé de l’Université McGill. Elle est également professeure associée à l’Université de Montréal et « professor in practice » à l’Université McGill.

Janet Rossant

Présidente et directrice scientifique, Fondation Gairdner Scientifique principale et chef émérite de la recherche, Hospital for Sick Children, Canada

Janet Rossant, C.C., Ph. D., FRS, MSRC, est scientifique principale et chef émérite de la recherche pour le Hospital for Sick Children à Toronto et présidente et directrice scientifique de la Fondation Gairdner. Spécialiste de renommée mondiale en biologie cellulaire et du développement, elle s’intéresse à l’origine des cellules souches dans les embryons précoces et à leur application dans l’étude et le traitement des maladies humaines. De 2005 à 2015, elle a dirigé l’institut de recherche du Hospital for Sick Children. Les contributions à la science de la Dre Rossant ont été reconnues par de nombreux honneurs et titres, notamment quatre diplômes honorifiques et une accession aux sociétés royales de Londres et du Canada et à la National Academy of Sciences, aux États-Unis.

Conférenciers

George Alberti

Professeur invité, King’s College, Royaume-Uni

George Alberti cultive depuis longtemps un intérêt pour le diabète, notamment les tests diagnostiques qui y sont associés, et le syndrome métabolique. Il a beaucoup travaillé en Tanzanie et à l’île Maurice et, en tant qu’expert, a participé à de nombreux comités et groupes de travail financés par l’OMS portant sur le diabète. Au cours de sa carrière, il a publié plus de 1100 articles et chapitres de livre.

Marie Archambault

Professeure titulaire, Département de pathologie et microbiologie, Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, Canada

Marie Archambault a obtenu un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal en 1993. En 1995, elle a fini une maîtrise ès sciences en pathologie et microbiologie vétérinaire, suivie d’un doctorat en microbiologie et immunologie en 2000. De 1999 à 2004, elle a été la bactériologue en chef du laboratoire de santé animale de l’Université de Guelph. Elle a rejoint les rangs de l’équipe de l’Université de Montréal en 2004, en tant que professeure. Son domaine de recherche est la résistance aux antibiotiques des agents pathogènes zoonotiques et vétérinaires. Elle s’intéresse particulièrement à l’association entre la résistance aux antibiotiques et les facteurs de virulence ainsi qu’à l’usage judicieux des antibiotiques. Elle a plusieurs projets de recherche portant sur la résistance aux antimicrobiens en médecine bovine, porcine et aviaire. Elle a écrit ou coécrit plus de 40 publications au sujet de la résistance aux antibiotiques dans des revues scientifiques révisées par les pairs et est également coéditrice de la seconde édition du manuel ‘Clinical Veterinary Microbiology'.

Clare Bambra

Directrice, Centre for Health and Inequalities Research, Université de Durham, Royaume-Uni

Clare Bambra, Ph. D., est professeure de santé publique et géographie et directrice du Centre for Health and Inequalities Research à l’Université de Durham (R.-U.). Ses recherches portent sur les marchés du travail et leur effet sur la santé, sur la santé et les systèmes d’aide sociale, ainsi que sur le rôle des politiques publiques dans la réduction des inégalités en matière de santé. Clare Bambra a signé de nouveaux ouvrages, notamment How Politics Makes Us Sick: Neoliberal Epidemics (Palgrave Macmillan, 2015) et Health Divides: Where you live can kill you (Policy Press, 2016). Vous pouvez la suivre sur Twitter à @ProfBambra.

Christian Baron

Vice-doyen à la recherche de la Faculté de médecine, Université de Montréal, Canada

Christian Baron a obtenu un Ph. D. en Microbiologie à l’Université Ludwig-Maximilians de Munich au laboratoire d’August Böck au Département de microbiologie en 1993, suivi par un stage de recherche postdoctorale avec Patricia C. Zambryski à UC Berkeley (CA, É-U). En 1997, il est retourné à Munich en tant qu’assistant universitaire pour établir son groupe de recherche indépendant au Département de microbiologie. En 2002, il a été recruté au Département de biologie à l’Université McMaster à Hamilton (ON, Canada) en tant que professeur agrégé. En 2008, il a joint le Département de biochimie à Université de Montréal (QC, Canada) en tant que professeur et directeur. En 2015, il a été nommé vice-doyen à la recherche de la Faculté de médecine.

Nancy Beauregard

Professeure agrégée à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal, Canada

Nancy Beauregard, détient doctorat en santé des populations de l’Université d’Ottawa. Elle est professeure agrégée à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Elle est aussi chercheuse régulière à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM). Nancy Beauregard s’intéresse à l’influence du contexte organisationnel, et particulièrement de l’apprentissage organisationnel, sur la santé et la sécurité du travail. De plus, ses récents travaux de recherche s’attardent à l’association entre les blessures professionnelles et la santé mentale au travail. Ses recherches sur les secteurs d’activités et les professions à risque pour la santé et la sécurité du travail ont reçu un financement de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Le thème de la santé et de la sécurité agricole recoupe ainsi ses principaux intérêts de recherche.

Marcel Behr

Directeur du Centre international TB McGill Microbiologiste en chef du Centre universitaire de santé McGill, Canada

Le Dr Marcel Behr est professeur de médecine à l'Université McGill, où il est directeur du Centre international TB McGill et microbiologiste en chef du Centre universitaire de santé McGill. Sa formation comprend un B.Sc. (biochimie) de l'Université de Toronto, un MD de l'Université Queen, et une spécialisation de résidence en maladies infectieuses et microbiologie médicale à l'Université McGill, une maîtrise ès sciences (épidémiologie) de l'Université McGill, puis un postdoctorat en épidémiologie moléculaire et génomique bactérienne à Stanford. Les champs de recherche du Dr Behr sont l'application de la génétique bactérienne pour étudier l'épidémiologie et la pathogenèse des maladies mycobactériennes, dont la M. tuberculosis, la cause de la tuberculose, le BCG, le vaccin utilisé contre la tuberculose, et les mycobactéries non tuberculeuses. Ce travail a été reconnu par de nombreux prix, au Québec (Chercheur national du Fonds de  recherche du Québec - Santé) et au-delà (Fellow de l'Académie canadienne des sciences de la santé, 2016 et élue à  l'American Society for Clinical Investigation, 2010).

Robin Bell

Directrice adjointe, Programme de recherche sur la santé des femmes, École de santé publique et médecine préventive, Université Monash à Melbourne, Victoria, Australie

La professeure Robin Bell, MBBS (avec distinction), Ph. D., MPH, FAFPHM, certificat d’études supérieures en éducation des professionnels de la santé, est directrice adjointe du Programme de recherche sur la santé des femmes à l’École de santé publique et médecine préventive de l’Université Monash à Melbourne, en Australie. En tant qu’épidémiologiste, elle se spécialise dans la santé des femmes plus âgées ou à mi-vie. Elle a publié plus de 180 articles révisés par les pairs et dirige également l’évaluation et l’orientation de quatre branches du programme de médecine de l’Université Monash, soit les branches « Société », « Population », « Santé » et « Maladie ». Robin Bell enseigne également la santé publique, la promotion de la santé et la science de la prévention, ainsi qu’un module sur la santé des femmes à mi-vie. L’Université Monash offre actuellement un programme de médecine de premier cycle, un programme postdoctoral ainsi qu’un programme dans un campus distinct en Malaisie. Au total, les programmes de médecine de l’Université Monash comptent environ 500 étudiants par année.

Victoria Berquist

Présidente, Association des étudiants de médecine de l’Australie Médecin junior, Alfred Hospital, Melbourne, Australie

Victoria est présidente de l’Association des étudiants en médecine de l’Australie, étudiante aux cycles supérieurs à l’Université Monash et médecin junior au Alfred Hospital à Melbourne. Elle s’est grandement impliquée dans la défense des droits des étudiants en médecine, notamment en ce qui a trait à leur bien-être et à leur santé mentale, qu’elle a défendus à l’échelle locale, nationale et internationale en tant que présidente de la Société médicale de l’Université Monash. À la Société, elle s’est également penchée sur la question de l’intimidation et sur les mécanismes de dénonciation et de suivi qui en découlent. Au plan international, Victoria a été la première à défendre le mandat de coordinatrice de programme en santé mentale pour le compte de la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine. En tant que telle, elle a discuté avec des étudiants de partout sur la planète et mis sur pied des outils basés sur leurs expériences.

Victoria se passionne pour l’éducation non formelle, et croit que de pousser les étudiants en médecine à s’éduquer de façon globale et enthousiaste dans des domaines autres que la médecine leur permettra d’adopter, comme médecins, une vision plus holistique, responsable et centrée sur la personne, en plus de leur donner une plus grande influence dans l’adoption de changements au sein de nos sociétés.

 

Carlos Blanco

Directeur, Division of Epidemiology, Services, and Prevention Research, National Institute on Drug Abuse (NIDA), États-Unis

Carlos Blanco, MD, Ph. D., MS, est directeur de la division de recherche en épidémiologie, services et prévention du National Institute on Drug Abuse, une composante des National Institutes of Health (NIH) américains. Le Dr Blanco est un expert reconnu à l’échelle nationale en matière d’épidémiologie et de traitement des troubles de la dépendance avec ou sans comorbidités. Il a étudié les étapes et la progression du trouble de la toxicomanie et a travaillé, entre autres, au développement de méthodes pour quantifier la généralisation des essais cliniques, à la conception et l’essai d’interventions combinant les techniques d’entrevue motivationnelle et la thérapie cognitivocomportementale pour améliorer la persévérance et les résultats auprès des toxicomanes, et à la création, à l’aide de données empiriques, d’une carte virtuelle pour guider la recherche sur les causes des troubles psychiatriques. Avant de s’allier au NIDA, le Dr Blanco était professeur de psychiatrie au centre médical de l’Université Columbia et psychiatre-chercheur au Psychiatric Institute de l’Université de New York.

Danielle Blouin

Secrétaire du Comité d'agrément des facultés de médecine du Canada (CAFMC) et du Comité d'agrément de l'éducation médicale continue (CAÉMC), Canada

Dre Blouin, MD, CCMF(MU), FRCPC, CRMCC, MHPE, PhD, est Secrétaire du Comité d'agrément des facultés de médecine du Canada (CAFMC) et du Comité d'agrément de l' éducation médicale continue (CAÉMC). Elle maintient toujours une pratique clinique en médecine d' urgence à l' Université Queen’s, Kingston, Ontario, où elle a attaint le rang de professeur en 2012. En 2003, elle a complété une maîtrise en éducation des professions de la santé à l'Université de l' Illinois à Chicago, suivie en 2016 d’un doctorat en curriculum et enseignement de la même université. Elle a été impliquée en tant qu'éducateur et érudit dans de nombreux projets aux niveaux provincial, national et international. Ses intérêts de recherche portent sur le développement curriculaire et l'évaluation de programmes.

Hélène Boisjoly

Doyenne de la Faculté de médecine, Université de Montréal, Canada, Canada

Hélène Boisjoly est doyenne de la Faculté de médecine depuis juin 2011. Elle détient un doctorat en médecine et une spécialité en ophtalmologie de l’Université de Sherbrooke. Après avoir été reçue membre du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, elle se spécialise en recherche, chirurgie et traitement des maladies de la cornée au Massachussetts Eye and Ear Infirmary et au Schepens Eye Research Institute, affiliés à l’Université de Harvard. Elle détient aussi une maîtrise en santé publique de l’École de santé publique Bloomberg de l’Université Johns Hopkins. Au Canada, Mme Boisjoly a été chercheure du Fonds de recherche du Québec Santé (FRQS) (1986-2000) et a occupé plusieurs postes clés en ophtalmologie à l’Université Laval et au Centre hospitalier de l’Université Laval (1983-1993) de même qu’à l’Université de Montréal (directrice du Département d’ophtalmologie) et à l’Hôpital Maisonneuve Rosemont (chef du Département d’ophtalmologie). Elle a fondé et a été directrice scientifique du Réseau FRQS de recherche en santé de la vision de 1996 à 2000. Dre Boisjoly est une chirurgienne de la cornée de grande renommée qui a influencé une génération d’étudiants en ophtalmologie, en chirurgie de la cornée et en recherche de la vision. Elle est la première femme à occuper la position de doyenne d’une Faculté de médecine au Québec.

Kym Boycott

Généticienne médicale, Children’s Hospital of Eastern Ontario (CHEO) Professeure de pédiatrie, Université d’Ottawa, Canada

Kym Boycott est généticienne médicale au Children’s Hospital of Eastern Ontario (CHEO), scientifique principale du CHEO Research Institute et professeure de pédiatrie à l’Université d’Ottawa. Son programme de recherche sur les maladies rares comble le fossé entre la médecine clinique et la recherche fondamentale et vise à comprendre la pathogenèse moléculaire de ces troubles de façon à créer de nouvelles thérapies qui sauront améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille. Elle est la chercheure principale de Care4Rare Canada, la plateforme de séquençage génomique du Canada en matière de maladies rares, et du réseau Rare Diseases: Models & Mechanisms Network, établi afin de promouvoir les échanges entre les chercheurs cliniques qui découvrent de nouveaux gènes chez leurs patients atteints de maladies rares et les spécialistes de la recherche fondamentale qui peuvent analyser des voies biochimiques et des gènes équivalents dans des organismes modèles. En tant que présidente du Diagnostics Committee of the International Rare Diseases Research Consortium, la Dre Boycott fait grandement avancer la recherche internationale en matière de maladies rares.

Alex Brown

Chef de thème, Aboriginal Research Unit, Australie

Le professeur Alex Brown est un médecin et chercheur de la côte sud de New South Wales, en Australie, spécialisé dans les populations autochtones. Il a obtenu un baccalauréat en médecine à l’Université de Newcastle (NSW), une maîtrise en santé publique à l’Université hébraïque en Israël et un doctorat en épidémiologie cardiovasculaire à l’Université de Queensland. Il dirige actuellement la division santé des Autochtones à l’Université du Sud de l’Australie et est directeur adjoint et chef du thème « santé des Autochtones » au South Australian Health and Medical Research Institute. Alex Brown a également conçu un programme de recherche approfondi et unique se concentrant sur les maladies chroniques dans les collectivités vulnérables et, plus particulièrement, sur l’identification et l’élimination des disparités en matière de santé. Il dirige des projets portant sur l’épidémiologie cardiométabolique, les déterminants psychosociaux des maladies chroniques, les méthodes mixtes en matière de soins de santé, et les interventions pharmacologiques et non pharmacologiques contre les maladies chroniques. En juillet 2012, Alex Brown s’est joint au SAHMRI pour développer et mener un programme de recherche régional sur la santé des Autochtones. Il est à la tête d’une équipe de 52 personnes, dont 29 d’origine autochtone. Il a récemment été admis à l’Australian Academy of Health and Medical Sciences.

Julie Bruneau

Professeure, Département de médecine familiale et d'urgence, Université de Montréal, Canada

Dr Julie Bruneau est professeure au Département de médecine familiale et d'urgence à l'Université de Montréal. Elle est chef du département de médecine générale au Centre Hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). Elle est reconnue comme un chef de file en médecine des toxicomanies au Canada. Au CHUM, elle a initié et contribué au développement du service universitaire de médecine et de psychiatrie des toxicomanies francophone au Canada. Au cours des 20 dernières années, son programme de recherche a contribué à une meilleure compréhension des facteurs qui entravent et facilitent l’impact des approches de réduction des méfaits (tels que l'échange de seringues et la thérapie agoniste opioïde (OAT) pour réduire la transmission et les comorbidités liées au VHC et au VIH chez les personnes qui s’injectent des drogues. Elle est le leader du pôle Québec-Maritimes de l'Initiative canadienne de recherche sur l'abus de drogues, et co-leader dans le Réseau canadien de recherche sur l’hépatite C.

Fabrice Brunet

Président-directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHU Sainte-Justine), Canada

Le docteur Brunet occupe le poste de président-directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHU Sainte-Justine) depuis le 7 septembre 2015. Auparavant, de 2009 à 2015, il a occupé le poste de directeur général puis de président-directeur général du CHU Sainte-Justine. Il est vice-président du Réseau universitaire de Santé de l’Université de Montréal et professeur titulaire de clinique au Département de pédiatrie de l’Université de Montréal. Le docteur Fabrice Brunet a fait ses études de médecine à la Faculté de Cochin Port Royal, Université de Paris V. Il a, par la suite, acquis les spécialités en cardiologie, réanimation médicale et médecine d’urgence. Il a également exercé diverses fonctions dans le domaine de la médecine, en Europe et en Amérique, avec un intérêt particulier pour la recherche et l’enseignement. Très tôt dans sa carrière, il a complété sa formation médicale par des études en gestion dans le domaine de la santé à l’École Supérieure de Commerce de Paris où il a exercé, par la suite, une fonction de professeur en gestion hospitalière. Dr Brunet a complété sa formation en gestion à l’Université de Harvard et de Toronto et est devenu professeur à l’École des Hautes Études Commerciales de Montréal dans le pôle Santé. Jusqu’à son arrivée au CHU Sainte-Justine, il occupait le poste de chef du Département de réanimation et des soins intensifs à l’Hôpital St. Michael de Toronto et de directeur médical du programme de télémédecine.
 
L’ensemble des expériences réalisées au cours de sa carrière seront mises à profit par le Dr Brunet pour améliorer, de façon continue, la réponse aux besoins de la population la qualité des soins aux patients du CHUM et du CHU Sainte-Justine, de l’origine à la fin de vie.

Agnès Buzyn

Professeur d’hématologie clinique à l’Université Pierre & Marie Curie, Paris, France

Professeur d’hématologie clinique à l’Université Pierre & Marie Curie à Paris.
Elle a été responsable de l’unité de soins intensifs d’hématologie adultes et de greffe de moelle de l’hôpital Necker Enfants Malades de 1992 à 2011. Son activité de recherche l’a conduite à diriger une équipe INSERM dédiée à l’immunologie des tumeurs. Ses publications concernent la greffe de moelle et les leucémies. Elle a été membre du conseil médical et scientifique de l’Agence de la biomédecine (ABM), membre du conseil scientifique de l’Etablissement français du sang (EFS), présidente du conseil scientifique de la société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire (SFGM-TC). Elle a été présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) de 2008 à 2013. Elle a présidé l’Institut national du cancer (INCa) de 2011 à 2016. Elle a été nommée présidente du collège de la Haute Autorité de Santé (HAS) le 7 mars 2016.

Carolyn Canfield

Département de médecine familiale, Université de la Colombie-Britannique, Canada

Carolyn Canfield travaille au Canada et à l’étranger en tant que citoyenne-patiente pour transformer les habitudes culturelles en matière de prestation des soins de santé afin d’améliorer non seulement les résultats pour les patients, mais également la satisfaction du travailleur. Elle cherche à créer davantage d’occasions pour les patients et les familles de collaborer avec les professionnels de la santé dans tous les aspects de la prestation de soins, de l’amélioration des pratiques à la conception des services, en passant par les politiques, l’évaluation, la formation et la recherche. Elle agit souvent à titre de conférencière, de chargée de cours, d’animatrice de séminaires, d’instructrice en engagement des patients et de conseillère stratégique. À l’Université de la Colombie-Britannique, Carolyn Canfield enseigne aux étudiants de premier cycle en médecine et en sciences infirmières ainsi qu’aux chercheurs cliniciens et aux étudiants des cycles supérieurs. Son engagement de tous les instants pour obtenir de meilleurs soins de santé est né en 2008, lorsqu’une défaillance en matière de soins a causé la mort prématurée de son conjoint après une chirurgie réussie. Elle a su transformer cette perte tragique en une occasion d’apprentissage pour les organisations du domaine de la santé sur les défaillances du système. Carolyn Canfield est chargée de cours honoraire à la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique. En 2014, Agrément Canada et l’Institut canadien pour la sécurité des patients lui ont décerné, à titre de gagnante individuelle, le Prix des Champions de la sécurité des patients.

Ben Canny

Directeur, Faculté de médecine de l’Université de Tasmanie, Australie

Ben Canny est le directeur de la Faculté de médecine de l’Université de Tasmanie, où il dirige les divisions médecine, pharmacologie et paramédecine. Par le passé, il a été coordonnateur du programme de médecine de la Monash University. Fort d’une passion sans borne pour l’enseignement de la médecine et de la science médicale, Ben Canny a assuré la direction de l’initiative de la M8 Alliance en matière d’enseignement de la médecine. Il est aujourd’hui à la tête du développement d’un programme harmonisé sur la santé mondiale pour les professionnels de la santé qui sera partagé aux membres de la M8 Alliance. Il est également vice-président du Australian and New Zealand Associate for Health Professional Educators.

Basile Chaix

Directeur de Recherche, Inserm, Université Pierre et Marie Curie, France

Basile Chaix, en tant que socio-épidémiologiste, cherche à comprendre comment les multiples environnements visités au cours des activités quotidiennes et l’utilisation des modes de transport associée influent sur la santé. Il a été promu Directeur de Recherche à l’Inserm en 2013. Il est le coordinateur de l’équipe de recherche Nemesis. Il est l’investigateur principal de la Cohorte RECORD. Les Etudes RECORD GPS et MultiCapteurs ont développé une méthode de suivi combinant des récepteurs GPS (et d’autres capteurs) avec une enquête de mobilité. Pour les années à venir, l’équipe se focalisera sur le projet MobiliSense (Conseil Européen de la Recherche), une cohorte de 1000 participants suivis de façon intensive avec des capteurs et des smartphones, afin d’explorer les effets à court terme et à long terme de la pollution de l’air et du bruit liés au comportement personnel de transport sur la santé cardiovasculaire et respiratoire. Basile Chaix fait partie du bureau éditorial d’Epidemiology, de Social Science and Medicine et de Health & Place.

Omar Cherkaoui

Président de la Fédération internationale des associations des étudiants en médecine, Maroc

Connie Clement

Directrice scientifique, Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Canada

Connie Clement est la directrice scientifique du Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé (CCNDS), basé à l’Université St Francis Xavier à Antigonish, en Nouvelle-Écosse. Avant de travailler pour le CCNDS, elle a été directrice de la planification et des politiques au Bureau de santé publique de Toronto, tout en remplissant d’autres responsabilités de gestion et de première ligne. Connie Clement a également été directrice administrative pour Nexus Santé, principal organisme de consultation en promotion de la santé du Canada, et pour l’organisme de collaboration philanthropique Social Venture Partners Toronto. En 2014, elle a reçu le Certificat du mérite de l’Association canadienne de santé publique (ACSP). Connie Clement est une bénévole aguerrie et une mère fière qui adore l’air salin de la Nouvelle-Écosse.

Éric A. Cohen

Directeur de l’unité de rétrovirologie humaine, Institut de recherches cliniques de Montréal, Canada

Le docteur Éric A. Cohen est directeur de l’unité de rétrovirologie humaine à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM). Il est également professeur de virologie au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire d’excellence Université de Montréal-IRCM en recherche sur le VIH. Les recherches du Dr Cohen visent à mieux comprendre les interactions VIH-hôte qui régulent la réplication, la transmission et la persistance virales. Ses études sur les interactions entre le VIH et les effecteurs antiviraux du système immunitaire inné de l’organisme hôte ont permis de mieux comprendre la persistance du VIH et de ménager de nouvelles avenues dans le développement de stratégies curatives contre le VIH. Éric A. Cohen est membre de la Société royale du Canada et de l’Académie canadienne des sciences de la santé. Il est également membre du comité éditorial du journal Retrovirology. Depuis 2014, il est directeur du Consortium canadien de recherche sur la guérison du VIH (CanCURE ; www.cancurehiv.org).

Ashlee Cunsolo

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les déterminants de la santé des collectivités Professeure adjointe, Santé communautaire, Canada

Ashlee Cunsolo est une chercheuse et militante pour l’environnement passionnée qui allie politique et recherche afin de transformer notre manière de vivre sur la planète. En tant que chercheuse en sciences sociales et de la santé au sein de la communauté, elle travaille à l’intersection du lieu, de la culture, de la santé et de l’environnement. Elle cultive un intérêt particulier pour les déterminants sociaux, environnementaux et culturels de la santé des Autochtones, l’apprentissage et le dialogue interculturels, l’éthique de l’environnement et les conséquences sur la justice sociale des inégalités au plan social, environnemental et de la santé. Au cours de la dernière décennie, Ashlee Cunsolo a travaillé de concert avec les communautés inuites du Canada pour examiner l’effet des changements climatiques sur la santé et le bien-être. Elle a également été titulaire d’une Chaire de recherche du Canada de niveau II et professeure adjointe. Elle est membre du Collège des nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada, fait partie des 75 femmes partenaires de l’organisme de bienfaisance Nature Canada et défend le mandat de directrice du Labrador Institute à Happy Valley-Goose Bay. 

Peter Dieter

Président, Association of Medical Schools in WHO Europe (AMSE), Berlin, Allemagne

Peter E. Dieter, Ph. D., est professeur de biochimie médicale à la Faculté de médecine Carl Gustav Carus de la Technische Universaität à Dresde, en Allemagne. Il a été un des premiers en Allemagne à réformer les vieux programmes de médecine (dont celui de Dresde) au profit d’un programme interdisciplinaire moderne, intégratif et basé sur l’apprentissage par problème. Peter Dieter est membre de nombreuses organisations allemandes et internationales impliquées dans l’éducation médicale, les programmes d’assurance de la qualité et l’accréditation. Il a eu un rôle à jouer dans l’accréditation et l’évaluation des programmes de médecine de nombreuses écoles de médecine en Allemagne, en Europe et en Asie, un rôle qu’il défend encore aujourd’hui. Il est également président de la Association of Medical Schools in WHO Europe (AMSE), à Berlin. En tant que tel, il tente de mettre en place une procédure d’assurance de la qualité (accréditation) uniforme en Europe qui serait reconnue par tous les pays, parce que basée sur les normes des programmes de premier cycle de la Fédération mondiale pour l’éducation médicale.

Gregory Dore

Chef, Programme de recherche clinique sur l’hépatite virale, Kirby Institute, Université New South Wales (UNSW), Australie Médecin spécialiste des maladies infectieuses, St Vincent’s Hospital, Sydney, Australie

Le professeur Dore est chef du programme de recherche clinique sur l’hépatite virale du Kirby Institute de l’UNSW, en Australie, et médecin spécialiste des maladies infectieuses au St Vincent’s Hospital, à Sydney en Australie. Depuis 20 ans, il œuvre dans le domaine de l’hépatite virale et du VIH, notamment en menant des recherches cliniques et épidémiologiques, en offrant des soins cliniques et en s’impliquant en matière de politique de santé publique. Fort de collaborations approfondies à l’échelle nationale et internationale, il s’est bâti une réputation mondiale, notamment dans les domaines de l’évolution naturelle de l’infection aiguë et chronique par le VHC et des stratégies thérapeutiques relatives au VHC, particulièrement chez les toxicomanes par injection. Ses recherches bénéficient actuellement d’un financement public d’envergure de la part des National Institutes for Health (É.-U.) ainsi que du Australian National Health and Medical Research Council (NHMRC). Le professeur Dore a été président de la Australasian Society for HIV Medicine (ASHM), membre du conseil du NHMRC, et est actuellement chercheur-praticien pour le NHMRC.